Non classé

L’intuition

Depuis quelques temps, j’ai l’impression qu’on entend de plus en plus ce mot. En ce qui me concerne, ça fait des années qu’il est entré dans mon quotidien, mais j’ai eu envie de mener ma petite enquête sur les réseaux.

Est-ce que ça vous parle ? Comment vous définissez ce terme ? Est-ce que vous considérez que vous suivez votre intuition ? Est-ce que ça vous semble facile ou difficile ? Bref, des petites questions pour prendre un peu la « température » autour du sujet.

Alors attention, je suis à des années lumière d’avoir mené une étude « scientifique » !! C’est un vrai sujet d’étude, des articles et des bouquins ont été écrits dessus et je sais à quel point c’est un boulot titanesque (souvenir de mes deux mémoires rédigés en master, bonjour !). Je ne suis absolument pas spécialiste du sujet, c’est simplement que je le trouve passionnant.

Déjà, le terme parle à une majorité des personnes qui ont bien voulu répondre à mes petites questions. Et ce que j’ai trouvé intéressant, c’est de voir les définitions que chacun donne à « l’intuition », je vous mets ici quelques réponses reçues:

  • « Quelque chose que l’on arrive pas à expliquer rationnellement mais à laquelle on croit, qui nous pousse à faire ou ne pas faire une action, qui nous influence. »
  • « Une sensation que tu sens qui te fait prendre des décisions et faire des actions pas forcément censées mais juste parce que tu « sens que c’est ce qu’il faut faire » au fond de toi. »
  • « Un sentiment fort qui nous guide »
  • « Prendre une décision de façon quasi spontanée »
  • « Écouter sa voix intérieure »
  • « Anticipation d’une chose »
  • « Ça va avec la confiance qu’on a en soit, avec la spontanéité, et avec notre sensibilité. Pour moi, l’intuition c’est quand on agit avec le coeur. »
  • « Un ressenti, une réaction du corps mélangée à une réaction émotionnelle. Il faut réussir à interpréter ce mélange pour comprendre vers quoi il nous guide et le différencier de l’interprétation mentale, rationnelle. Après ça nous permet de faire un choix en prenant compte tous les éléments. Je pense que ça demande du temps et de l’entraînement pour se comprendre »

Il y a des similitudes dans ces définitions, non ? 🙂 Si on va voir du côté du Larousse, voici ce qu’il nous donne:

Et je vous mets ici la mienne, que j’avais écrite avant de lancer cette petite « étude » pour ne pas me laisser influencer par les réponses: « L’intuition, c’est savoir sans forcément pouvoir l’expliquer ce qui est bon pour soi, c’est prendre une décision sans se poser de questions et avoir la sensation d’être aligné. ». Personnellement, je fonctionne à l’intuition depuis… des années. En fait, depuis le jour où, en 3ème année de cinéma à la fac, j’ai décidé de ne pas poursuivre dans cette voie et de me réorienter après avoir obtenu ma Licence. Cette décision, elle m’a apporté certaines des plus belles expériences de ma vie… et je ne serais probablement pas là où je suis aujourd’hui si je ne l’avais pas prise.

Et justement, en parlant intuition et décisions, je me suis rendu-compte qu’une majorité d’entre vous considère suivre son intuition pour prendre une décision importante MAIS que ça ne vous paraît pas forcément facile ! Et ce, pour diverses raisons:

  • « Parce qu’on essaie aussi toujours de se rattacher au rationnel pour prendre une décision. »
  • « On est jamais sûr que notre intuition soit la bonne, on la suit par confiance mais parfois on peut avoir tout faux. »
  • « Encore faut-il lui faire confiance… »
  • « Car souvent contrebalancé par le raisonnement raisonné« 

Si l’on considère qu’on est aligné quand le corps, le coeur et l’esprit sont sur la même longueur d’onde, vos réponses suggèrent que c’est quand même souvent l’esprit, le cerveau, qui « commande ». Et c’est normal, dans le sens où l’on ne nous apprend pas vraiment, à l’école, à donner de l’importance au coeur et au corps… je trouve qu’on nous apprend plutôt à privilégier l’esprit et la logique.

Personnellement, les fois où j’ai pris des décisions juste avec le cerveau, où j’ai passé des heures à peser le pour et le contre, où je me suis dit « bon, je le sens pas, mais c’est la décision la plus sage / la plus sûre », eh bien ça ne s’est pas spécialement bien passé pour moi!

Ça m’amène à cette question que quelques personnes m’ont posée: « Mais comment tu fais pour toujours la suivre, ton intuition ?? Comment tu sais que tu prends la bonne décision ?? »

C’est là toute la complexité du phénomène: je ne sais pas. Je ne me pose pas la question, en fait. Je fais, point. Je ne réfléchis pas 107 ans. Il y a 2 exemples que j’aime bien donner quand on parle d’intuition: le premier, c’est cette fameuse « reconversion » du cinéma à la géographie, en 2012. J’aime bien dire que « j’ai vu de la lumière et j’y suis allée ». C’est vrai, sur le papier, ce n’était pas forcément évident: j’ai un bac littéraire, j’ai fait de l’art plastique, du cinéma pendant quelques années, et j’allais me retrouver dans une formation avec des statistiques, des matières scientifiques alors que la dernière fois que j’avais entendu ce mot c’était en 1ère… Mais j’y suis allée quand même. Ça m’a montré que oui, c’est possible de faire des sciences avec un bac L, et surtout, ça m’a permis de partir vivre une année entière au Québec !

Le deuxième exemple, c’est l’évènement qui a, en partie, fait que j’habite Besançon aujourd’hui. C’est le coup de fil de ma prof de chant un soir d’automne 2018 à 22h, qui m’a proposé de venir renforcer les rangs des chanteurs de sa troupe de spectacle pour une saison. Là aussi, sur le papier, ça pouvait paraître compliqué: ça impliquait des allers-retours Paris-Besançon en TGV toutes les 2 semaines, des week-ends complets de répétitions / représentations à dormir seulement quelques heures par nuit, le fait de devoir poser des congés certains vendredis et lundis alors que j’allais démarrer mon premier job en CDI… Mais j’ai dit oui, direct. A mon futur directeur (parce que oui, je n’avais pas encore signé mon contrat !), j’ai expliqué le plus naturellement du monde pourquoi j’aurai besoin de poser certains jours. Dans ma tête, c’était « soit il est OK, soit je ne signe pas » ! Il était OK, j’ai signé. Et une chose en entrainant une autre, j’ai fini par carrément déménager à Besançon (en embarquant mon cher et tendre dans l’aventure)!

Alors bien sûr, parfois c’est compliqué de faire la différence entre l’intuition et… la peur. Parce que l’inconnu, ça peut faire peur. Pas simple d’arriver à faire la part des choses et à se dire « ok, j’ai la trouille, mais j’y vais quand même » ! Dépasser l’émotion de peur pour se reconnecter à soi-même, ça peut demander du boulot. C’est normal ! Suivre son intuition, ce n’est pas spécialement quelque chose qu’on nous encourage à faire quand on est gamin. Il y a sans doute un équilibre à trouver entre former son cerveau à prendre des décisions purement rationnelles et le former à être plus à l’écoute du coeur et du corps…

L’intuition, c’est aussi une histoire de confiance. En soi, évidemment, mais aussi en la vie. Et ça s’apprend ! Ce n’est pas parce qu’aujourd’hui, vous considérez que vous ne savez pas suivre votre intuition que vous ne saurez jamais le faire ! Prenez-le comme une expérience, une re-connexion à soi, une recherche… sans pression, et sans vous sentir « nul.le » parce que vous n’y parvenez pas forcément tout de suite ! Tournez-vous vers des pros si vous en avez besoin, explorez ce qui se passe quand vous lâchez prise même un tout petit peu… Et gardez en tête que « suivre son intuition » n’implique pas forcément d’énormes décisions !!

Si le sujet vous intéresse, je vous mets ici quelques articles:

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s